Depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, la psychanalyse et Sigmund Freud occupent une place particulière dans la sphère intellectuelle, dans l’enseignement et dans les pratiques thérapeutiques. Ce dossier se propose d’apporter une réflexion sur la réalité des allégations thérapeutiques des psychanalystes, le statut scientifique de la psychanalyse et la place injustifiée occupée par elle dans l’espace public (santé, justice, médias, etc.).

Darwin, Freud et l’évolution

par Pascal Picq - SPS n° 293, hors-série Psychanalyse, décembre 2010

1 La phylogénie est l’étude des parentés entre différents êtres vivants en vue de reconstituer l’évolution des organismes vivants. On peut étudier la phylogénie d’un groupe d’espèces mais également, à un niveau intra-spécifique, la généalogie entre populations ou entre individus. On représente couramment une phylogénie par un arbre phylogénétique.

2 cf. Pascal Picq Les dessous de l’Hominisation in Thomas Heams et coll. (dirs.) Les Mondes darwiniens Syllepse 2009.

3 Ces idées persistent dans diverses écoles de la psychologie au sens large ; cf. Pascal Picq Nouvelle Histoire de l’Homme Perrin, 2005.

4 Après la vexation cosmologique de Copernic et la vexation biologique de Darwin.

5 Stephen Gould La Structure de la Théorie de l’Evolution, Gallimard 2006.

6 Consilience (sauter ensemble) est un terme du philosophe William Whewell pour désigner le type de démonstration qui apparaît lorsque de nombreuses sources indépendantes concourent à cerner un phénomène historique particulier. Dans ce cas, les éléments et les processus d’une discipline donnée qui sont conformes aux connaissances solidement établies d’autres disciplines s’avèrent supérieures - dans la pratique et la théorie - à ceux qui ne sont pas conformes.

Mis en ligne le 13 avril 2011
10145 visites

Explorer par thème


Valid HTML 4.01 Transitional CSS Valide !