La programmation neurolinguistique ou l’art de manipuler ses semblables

par Christian Balicco - SPS n° 243, août 2000

Il nous paraît bien difficile de décrire en quelques pages, de manière exhaustive, quels sont les présupposés, les fondements et les objectifs de la programmation neuro-linguistique (PNL). Notre approche sera, de ce fait, relativement synthétique et pour tous ceux qui souhaiteront aller plus loin dans la réflexion, une bibliographie sommaire sera proposée à la fin de cet article.

Le fait que la PNL soit une méthode fréquemment utilisée dans le domaine des ressources humaines - notamment dans le cadre de la formation continue et, dans une moindre mesure, dans le recrutement - ne doit pas être considérée comme une preuve de sa pertinence, bien au contraire.

Tentative de définition de la PNL

Donner une définition de la PNL semble impossible tant la diversité de celles que nous avons consultées est grande. Pour certains, elle serait ainsi "une étude de l’expérience subjective", ou une "nouvelle approche de la communication et du changement". Pour d’autres, sautant allègrement le pas de la communication à la psychologie, elle serait une "nouvelle approche de la personnalité". Quelles que soient les définitions proposées, la stratégie sera toujours la même : derrière un hermétisme pseudo-conceptuel, elles tenteront, par le biais d’un discours plus ou moins obscur, de dissimuler un nombre incalculable de contrevérités - parfois naïves, souvent grossières - comme nous le découvrirons dans cet article.

Ainsi, à titre d’illustration de cet hermétisme pseudo-conceptuel : "La PNL serait un processus et le modèle d’un processus", elle serait "un modèle de l’expérience subjective et la manière dont cette expérience influe sur notre comportement. En tant que modèle la PNL peut être considérée comme une " épistémologie " de l’expérience. Les modèles épistémologiques tels que le modèle de la PNL sont des modèles uniques dans la mesure où l’acte de penser à de tels modèles les fait devenir une partie de notre expérience" (Dilts, 1995)1

Fondements et origine de cette méthode

Pour un de ses "spécialistes", la PNL a été conçue dans les années 1970 en "croisant les apports méthodologiques de la cybernétique, de l’informatique, de la linguistique avec, d’une part, les approches communicationnelles issues de l’École de Palo Alto et d’autre part l’apport des sciences cognitives" (Cayrol, 1990). De telles origines pourraient immédiatement faire croire à une certaine légitimité de la méthode, ces différentes disciplines ne sont-elles pas, en effet, enseignées dans les universités les plus prestigieuses de la planète ? Ne constituent-elles pas, pour la plupart, les fondements de la plupart des disciplines scientifiques ? Mais qu’en est-il véritablement ?

Quand on connaît l’extrême complexité de disciplines comme la neurologie (ainsi que les disciplines associées comme la biochimie cérébrale ou encore les neurosciences), la linguistique ou les sciences cognitives (et la cybernétique), on pourrait légitimement s’attendre à une explication de la PNL relativement difficile d’accès notamment pour le néophyte. C’est pourtant loin d’être le cas puisque pour Hevin et Turner, deux illustres praticiens de la méthode, la PNL s’intéresse à la "programmation créée par les interactions entre le cerveau (neuro), le langage (linguistique) et le corps qui produisent aussi bien des comportements efficaces qu’inefficaces". Ces deux "génies" ont donc découvert que nous nous servions d’un langage pour communiquer et que nous utilisions notre cerveau et notre corps pour nous faire comprendre d’autrui. Cette explication, qui n’est d’ailleurs pas tout à fait fausse, illustre parfaitement la complexité intellectuelle de cette discipline ! Plus sérieusement, elle illustre la stratégie sous-jacente qui est de rendre compliqué ce qui, pourtant, est simple ("si c’est compliqué, c’est donc que c’est sérieux" pourront - naïvement - penser certains).

Bien évidemment, n’ayant pas encore suivi les différentes recettes préconisées par les "spécialistes de la PNL", nous ne pouvons, malheureusement, pas encore éviter les comportements inefficaces (par opposition aux comportements supposés efficaces !).

La simplicité intellectuelle de la PNL tant au niveau de ses fondements que de ses objectifs est d’ailleurs ce qui fait son succès. Acquise en quelques semaines dans des "Instituts" ou des "Centres de développement" et ouverte au "tout venant" sans autre obligation que de s’acquitter du prix - généralement prohibitif - de la formation, la PNL fascine un public peu formé à la démarche scientifique et surtout extrêmement naïf dès lors qu’il est question de "communication", de "développement personnel" ou de "psychologie" (nous faisons, bien entendu, référence à la "psychologie naïve ou quotidienne" par opposition à celle qui est enseignée au sein de l’université).

La PNL est-elle une science ?

La PNL est présentée comme la synthèse d’un travail d’observation et de compréhension. Elle se fixe comme ambition de "mieux communiquer" avec autrui ou, pour être plus précis, "d’atteindre l’excellence en matière de communication". Même si l’objectif est louable en soi, les praticiens de cette méthode ont la fâcheuse tendance à négliger différents détails qu’il est important de rappeler au lecteur. Ces détails concernent, d’une part, les fondements scientifiques et, d’autre part, la dimension éthique.

Les fondements scientifiques

Comme le précise Yves Winkin (1990), à la lecture de quelques ouvrages de PNL, "l’univers scientifique est régulièrement évoqué à travers des noms et des titres célèbres, mais l’attitude générale n’est pas celle de la recherche, du questionnement, de l’évaluation critique. C’est celle de l’application claire, concrète, rapide sur les bases "“des découvertes de la science”". Illustrons notre position par quelques exemples.

La référence à "l’Ecole de Palo Alto"

Il est toujours intéressant de rencontrer des "maîtres praticiens en PNL" qui font référence à cette "institution" en oubliant - ou en ignorant - que cette "école" n’est pas un centre universitaire comme certains le supposent encore, mais une communauté de chercheurs et de cliniciens regroupés autour de Grégory Bateson. Inutile de préciser - hormis le fameux présupposé "Nous ne pouvons pas ne pas communiquer" - que la PNL ne se réfère aux travaux de cette école que de manière extrêmement superficielle et, disons le, tout à fait personnelle2.

La grammaire transformationnelle de Chomsky

Les praticiens de la PNL se réfèrent constamment à la théorie linguistique de cet auteur mais en oubliant de préciser que les expressions utilisées sont totalement détournées de leur sens. Ainsi, à titre d’exemple, les PNL’istes n’hésitent pas à se servir de la "structure de surface" qui pour eux devrait "aider le sujet à retrouver son expérience sensorielle initiale et enrichir son modèle du monde". Les PNL’istes se servent ainsi d’une théorie de nature linguistique pour légitimer un discours à objectif psychothérapeutique. Une telle dérive ne relève pas du simple hasard car certaines personnes, après avoir suivi deux ou trois semaines de séminaires en PNL (dans le meilleur des cas), n’hésiteront pas à se présenter comme des "psychothérapeutes"3 faisant croire à leurs patients, à travers des titres ronflants ("Maître praticien en PNL") qu’ils sont de véritables spécialistes du soin.

L’interprétation abusive

Comme tous "les marchands de certitude", les praticiens de la PNL n’hésiteront pas à interpréter le moindre de nos comportements - de la même façon que les "gestuologues" - et à leur donner une signification psychologique, obligatoirement univoque4. Dans cette perspective ils attacheront une grande importance au regard ou, plus précisément, aux mouvements des yeux. Ainsi, pour les PNL’istes, il existerait six mouvements oculaires qui constitueraient une sorte de grille de lecture, et l’observation des yeux permettrait de préciser si le sujet dit ou non la vérité. A titre d’exemple, si on prend un "visuel" droitier et qu’on lui pose la question "Qu’as tu regardé à la télé hier soir ?", il devrait regarder en haut et à gauche : c’est ce que les PNL’istes appellent le "visuel souvenir". Si ce n’est pas le cas, c’est que vous ne dites pas la vérité (CQFD) et, tant pis, si ça ne marche pas à tous les coups ! Malheureusement, aucune étude de validation (pourtant facile à réaliser) n’est venu à ce jour étayer ces déclarations qui demeurent, par conséquent, à l’image des praticiens de la PNL : tout à fait péremptoires et, faut-il le préciser, anti-scientifiques.

La notion de programmation

Il est incontestable que certains de nos comportements constituent des automatismes, mais la question qui se pose est de savoir si on peut pour autant les généraliser à l’ensemble de nos comportements. Cette notion de programmation empruntée à l’informatique présuppose donc une vision extrêmement déterministe et rigide de notre comportement. Une fois programmé, l’être humain ne pourrait plus, en effet, le changer car celui-ci serait dicté par ses programmes. Or, contrairement aux PNL’istes, personne n’a encore réussi à identifier quels sont les facteurs qui interviennent dans un comportement. Comme le souligne d’ailleurs le psychiatre Edouard Zarifian : "Le changement existe dans les comportements psychologiques humains : cela s’appelle l’adaptation aux circonstances". Cette notion d’adaptation - qui présuppose une souplesse à la fois intellectuelle et cognitive de notre action par rapport à notre environnement - va donc totalement à l’encontre de cette notion de programmation qui suppose une rigidité de nos comportements. Fort heureusement, cette mauvaise programmation qui nous conduit à des comportements forcément inefficaces possède sa solution et légitime l’action des PNL’istes grâce à l’installation de nouveaux programmes. La distinction entre le fonctionnement d’un ordinateur (et ses logiciels) et celui d’un être humain est difficile à opérer pour un PNL’iste et il est certainement beaucoup plus facile pour lui de donner quelques "recettes" destinées à mieux communiquer que de décrire le fonctionnement complexe d’un cerveau sous ses aspects biochimiques et psychologiques, lui-même en interaction avec son environnement.

La dimension éthique

Influencer pour mieux manipuler

La PNL se fixe pour objectif de trouver des comportements qui puissent influencer autrui. Or cet ensemble de comportements trouve sa force non pas dans les techniques elles mêmes comme beaucoup de praticiens le supposent mais dans une relation de suggestion hypnotique qui ne dit pas son nom mais dont on trouve les fondements dans "le processus de l’ancrage" ou "le modèle Milton". Comme on sait que ce type de relation ne fonctionne que sur une population extrêmement limitée, il n’est donc pas étonnant que certains consultants - eux-mêmes praticiens en PNL et après l’avoir définitivement abandonnée - avouent à travers leur expérience que le miracle tant escompté en matière de communication n’a pas eu lieu (Le Mouel, 1991)

L’absence de preuves est un fait

Beaucoup de postulats sont présentés comme des faits reconnus par la communauté scientifique, ce qui est loin d’être le cas. Il n’y a qu’à choisir, à titre d’exemple, "la théorie des deux cerveaux". Ce paradigme a séduit depuis très longtemps l’entreprise et, en particulier, le management (La simplicité attire, la complexité fait fuir !). Or comme l’ont démontré certains chercheurs, cette hypothèse n’a jamais été validée et, comme le soulignait d’ailleurs H. Heacan, la systématisation de cette théorie reste spéculative (in La recherche en neurobiologie, 1988 ; Jean-Marie Abgrall, "Les charlatans de la santé", Documents Payot,1998 ; etc.). L’affirmation péremptoire et la répétition de ce type de message constituent des stratégies destinées à convaincre ses interlocuteurs et à faire oublier l’absence de fondements scientifiques.

La PNL, méthode thérapeutique

On constate - constat dramatique - que certaines personnes n’hésitent pas à se transformer après quelques (maigres) semaines de formation en "psychothérapeutes" (sans bien sûr, posséder, pour la majorité d’entre-eux de formation clinique)5. Devant une telle ambition ("celle de vouloir aider ou, même, soigner autrui"), on peut s’interroger non seulement sur la santé et l’équilibre mental de ces "praticiens"6 mais aussi sur le danger qu’ils font courir aux clients qui auront la naïveté d’aller les consulter (il n’y a qu’à parcourir les pages jaunes de l’annuaire pour découvrir les fameux "psychothérapeutes" qui se présentent comme des "spécialistes de la PNL"). Il n’est pas impossible non plus que le fait de vouloir devenir "psychothérapeute" soit le résultat logique d’un processus de manipulation. Faire croire, en effet, au "tout venant" que la PNL est la "méthode miracle", la seule susceptible d’expliquer tous les comportements humains et de répéter ce type de message, sous des formes multiples et variées, constitue un renforcement que l’on retrouve dans n’importe quelle technique de conditionnement. Cette façon de procéder est d’autant plus efficace que les sommes versées (et exigées par les fameux "maîtres praticiens") sont très élevées. Elles constituent, en effet, un facteur susceptible de légitimer non seulement le contenu des formations et l’efficacité de la méthode ("si c’est cher, c’est donc que c’est sérieux et que ça marche") mais aussi le statut des "spécialistes" qui délivrent le contenu de leur (pseudo)-savoir ("si c’est aussi cher, c’est donc qu’on a à faire à de véritables spécialistes").

En conclusion

Les fondements de cette discipline et l’absence systématique de vérification - au sens scientifique du terme - nous font conclure à une utilisation abusive et, surtout anti-scientifique. Quant à l’emploi de cette méthode à des fins psychothérapeutiques, on ne peut qu’être inquiet quant au devenir des patients qui consulteront ces "pseudo-praticiens".

Et la P.N.L., on l’a vu, a du succès.Selon nous, le phénomène n’est pas près de s’éteindre. Sans véritable théorie et très simple à comprendre et à mettre en œuvre, elle fascine tous ceux qui sont attirés par une psychologie naïve et superficielle qui leur explique comment faire sans jamais se préoccuper du "pourquoi". Elle fascine tous ceux qui pensent qu’il est légitime d’utiliser une technique sans en connaître les bases théoriques et conceptuelles. Elle fascine tous ceux qui pensent que l’on peut tout affirmer sans jamais avoir vérifié quelles sont les méthodes qui ont permis d’aboutir à de telles affirmations. Il n’est donc pas étonnant que la PNL ait envahi le domaine de la formation continue - où l’esprit critique est aussi vide que la discipline elle-même - et qu’elle ait également touché le monde des cabinets conseils spécialisés dans le recrutement (dont les consultants sont toujours prêts à utiliser n’importe quelle méthode dès lors qu’il s’agit de recruter un collaborateur). Utilisée très souvent par des praticiens sans véritable formation, elle permet d’appliquer très rapidement un ensemble de recettes supposées aider certains sujets à retrouver leur équilibre psychologique (dans le domaine de la psychothérapie) ou/et à améliorer leur communication avec autrui. En fait, il ne s’agit que d’une gigantesque manipulation.

Ce n’est donc pas un hasard si Y. Winkin, professeur d’anthropologie de la communication qui a travaillé avec certains acteurs de l’Ecole de Palo Alto, qualifie la PNL de "fraude intellectuelle", "d’exploitation de la confiance" et de "manipulation des idées et des hommes". Mais ce qu’il y a de plus extraordinaire dans cette discipline, c’est la certitude de ses praticiens : pas la moindre modestie, la vérité est du côté de la PNL. Nous n’aborderons pas dans cet article les relations étranges qu’entretient cette technique avec des mouvements new-age ou sectaires. Il est vrai que, lorsque l’on débat avec les PNL’istes, on ne peut être que surpris par un discours qui ressemble beaucoup à ceux que peuvent délivrer certains adeptes de sectes. Comme le souligne d’ailleurs Y. Winkin en parlant du "discours prophétique" de la PNL : "elle relève in fine du phénomène religieux. Il est normal qu’on la persécute".

1 Cette définition est traduite de l’américain et il nous semble peu probable, vu la superficialité intellectuelle et théorique des praticiens de la PNL, que ceux ci soient en mesure de faire la différence entre le terme anglo-saxon "epistemology" qui peut être défini comme une théorie de la connaissance et le terme français utilisé comme un synonyme de philosophie des sciences..

2 Il est utile de préciser au lecteur que les praticiens de "l’Ecole de Palo Alto" se sont intéressés notamment à la schizophrénie en recherchant comment utiliser les "messages paradoxaux" sur un plan thérapeutique.

3 Un tel positionnement est d’autant plus inquiétant que la majeure partie des gens qui iront les consulter ne feront aucune différence entre un psychologue ou un psychiatre utilisant la méthode psychothérapeutique et le psychothérapeute utilisant la PNL.

4 Si vous vous croisez les bras, c’est que vous êtes obligatoirement quelqu’un de fermé à autrui. Si vous êtes en face d’une personne qui a ce type de comportement, le PNL’iste vous conseillera de vous croiser également les bras afin de vous mettre en phase avec votre interlocuteur, l’objectif étant d’améliorer sa communication.

5 Si les titres de psychologue et de psychiatre sont protégés par le code pénal (et ses décrets d’application), ce n’est pas le cas des "psychothérapeutes" (chacun peut s’installer comme "psychothérapeute" du jour au lendemain sans aucune formation). Un projet de loi a été dernièrement déposé pour lutter contre ce type de dérive.

6 L’idée qui voudrait qu’un "psy" donne des conseils à ses patients est encore très répandue dans l’esprit du grand public. Si tel était le cas, on pourrait légitimement s’interroger sur la santé mentale de ce type de praticien. Cette manière de procéder est pourtant celle qu’utilise la PNL. Cette "discipline" n’existe, en effet, que par rapport aux recettes et aux judicieux conseils qu’elle donne à ses clients (ou patients).

Mis en ligne le 11 juillet 2004
277394 visites

Explorer par thème


Valid HTML 4.01 Transitional CSS Valide !