Plus de deux mille ans après, des journalistes redécouvrent la précession des équinoxes

par Jean-Paul Krivine

Faut-il en rire ou en pleurer ? À vous de juger. Voici comment une découverte vieille de 2000 ans devient un scoop pour des journalistes qui copient l’information les uns sur les autres.

Tout semble partir d’une dépêche AFP relayant un article publié sur le site LiveScience expliquant le décalage des signes du zodiaque par rapport au Soleil et aux étoiles.

Ce phénomène, nommé « précession des équinoxes » est connu depuis bien longtemps. Découvert par Hipparque (IIe siècle avant notre ère), il se manifeste par une sorte de mouvement de toupie qu’effectue l’axe de rotation de la Terre. Il est dû à l’interaction gravitationnelle entre la Terre, la Lune et le Soleil, et au fait que la Terre n’est pas tout à fait une sphère mais présente un renflement au niveau de l’équateur. Une conséquence identifiée depuis longtemps (et c’est d’ailleurs ainsi qu’Hipparque a découvert le phénomène) est le déplacement de la position des étoiles sur la sphère céleste dans le système de coordonnées équatoriales. Ainsi, si aujourd’hui, l’étoile polaire nous indique (à peu près) le nord, il y a près de 5000 ans, il fallait se fier à une étoile de la constellation du Dragon. Ptolémée, au début de notre ère, donna une estimation du cycle de précession : 25 000 ans. C’est le temps qu’il faut pour que l’axe de la Terre revienne à la même position. Autre conséquence, cette fois pour les férus d’astrologie, les signes du zodiaque ne sont plus ce qu’ils étaient : ce phénomène de précession des équinoxes a en effet décalé la correspondance (bien imparfaite par ailleurs) entre signe et constellation du même nom. Cette histoire de précession des équinoxes est ainsi un sujet récurrent de la controverse entre astronomie et astrologie.

Le 13 janvier 2011, le quotidien gratuit 20 minutes publie un court article intitulé « Astrologie : Vous n’êtes sans doute pas du signe que vous pensiez »1. On y apprend que « selon le chercheur Parke Kunkle […] des mouvements célestes notamment dus à l’interaction gravitationnelle ont en effet modifié la position relative du Soleil, de la Terre et des constellations ». Le quotidien relate en réalité une interview du chercheur américain qui a provoqué un important « buzz » sur Internet. Pourquoi cette « information » vieille de 2000 ans provoque-t-elle subitement une telle agitation ? Mystère. Mais ce qui nous intéresse ici, c’est le fait que le journaliste la présente comme si il s’agissait d’une révélation, d’une découverte récente (« selon » le chercheur Parke Kundle). Sans doute alerté par des amateurs d’astronomie, le quotidien rectifie le tir le lendemain2 en rendant à Hipparque ce qui est à Hipparque avec un entretien avec le chercheur américain.

Mais le « buzz » continue… Le Nouvel Observateur, dans son édition en ligne3, se fait écho d’un chercheur américain « qui explique » les mouvements célestes qui ont modifié la position relative du Soleil, de la Terre et des constellations. Constatant, à la suite de la dépêche AFP, qu’en 3000 ans « un décalage d’environ un mois s’est opéré entre la position d’une constellation et le signe du zodiaque qui lui correspond », le Nouvel Observateur publie le « nouveau calendrier astrologique ».

Libération emboîte le pas4 : « C’est un choc astral, une perte de repères : nos signes du zodiaque ne sont pas les bons. La Minnesota Planetarium Society estime que depuis les débuts de l’astrologie, “l’axe gravitationnel de la lune a fait osciller la terre sur le sien” ».

Le Figaro n’est pas en reste et reproduit sur son site5 la dépêche AFP, sans le moindre commentaire. Tout comme le journal Le Monde6, La Nouvelle République du Centre-Ouest7 ou La Libre Belgique8.

Faut-il incriminer le manque d’esprit critique des journalistes ? Il n’était pas difficile de faire une petite recherche sur Internet. Leur manque de formation ? Aux dernières nouvelles, il parait que la Terre n’est pas plate… Mais attendons une dépêche AFP pour l’annoncer…

Laissons pour finir la parole à un des internautes réagissant sur le site du Figaro : « Quel manque de sources et de références : déontologie zéro. La question de la précession des équinoxes est débattue depuis des siècles, et si vous cherchez sur le net vous verrez que dès qu’un journaliste tombe dessus il vous présente la chose comme une découverte ! C’est lamentable d’incompétence et d’irrespect des lecteurs ».

Mis en ligne le 17 janvier 2011
8422 visites

Explorer par thème


Valid HTML 4.01 Transitional CSS Valide !