Le moratoire sur les OGM relevait plutôt de la prévention

LE MONDE | 01.06.04 | 14h14

Les organismes génétiquement modifiés font figure de cas d’école pour qui s’intéresse au principe de précaution. Certaines plantes transgéniques ont fait l’objet d’un moratoire qui vient tout juste d’être levé en Europe, quand elles sont cultivées sur des millions d’hectares, notamment aux Etats-Unis.

Leur culture pourrait-elle aboutir à "la réalisation d’un dommage, bien qu’incertaine en l’état des connaissances scientifiques", qui "pourrait affecter de manière grave et irréversible l’environnement", comme le stipule l’article 5 de la charte de l’environnement ? Les procédures de contrôle et d’évaluation déjà en place - essais en serre, puis en champ, lorsqu’ils ne sont pas détruits - correspondent-elles aux "mesures provisoires et proportionnées" et aux "procédures d’évaluations des risques encourus" prévus par ce même texte à l’appui du principe de précaution ? Bref, celui-ci a-t-il été appliqué en France ?

à lire sur le site du MONDE

Mis en ligne le 3 juin 2004
1881 visites

Explorer par thème


Valid HTML 4.01 Transitional CSS Valide !