L’homéopathie en Afrique : une farce sinistre et révoltante…

par Jean-Paul Krivine - SPS n° 292, octobre 2010

292_32-36_1 « En 1998, l’homéopathie, une médecine alternative efficace, était pratiquement inconnue au Kenya. Mais grâce à l’important travail de la Fondation Abha Light, l’infrastructure pour une homéopathie professionnelle et une médecine alternative sont en place pour le bénéfice du peuple kényan ». C’est ainsi que sur la page d’accueil de son site Internet, la fondation se félicite de son activité depuis plus de 10 ans1. Abha Light n’est pas la seule organisation à faire du prosélytisme pour l’homéopathie en Afrique. L’ONG française Homéopathes sans frontières a également mis en place plusieurs programmes sur le continent.

L’homéopathie dans une Afrique ravagée par les épidémies, les maladies endémiques terribles telles que le sida, le choléra ou les diarrhées hémorragiques, prend une consonance bien différente de ce qu’elle a dans nos pays. Ici, l’état sanitaire est bien meilleur, la médecine scientifique est la règle et la pratique homéopathique, à de rares exceptions près, s’applique à des maux bénins sans se substituer aux traitements efficaces quand ils sont nécessaires.

Des « soins abordables »

L’argument principal mis en avant par les deux associations est le coût des traitements, hors de prix en ce qui concerne la « médecine officielle », et bon marché avec l’homéopathie. Ce constat prend tout son relief dans les pays pauvres, et en particulier sur le continent africain. Essayant de se placer sous la bannière de l’OMS en déclarant vouloir « répondre au vœu » de l’organisation mondiale exprimé en 1978 d’un « accès à la santé pour tous », Homéopathe sans frontières2 affirme sa conviction que « d’autres thérapeutiques, dites alternatives ou complémentaires, sont nécessaires pour favoriser l’accès à la santé pour tous ». Même son de cloche chez Abha Light, qui annonce une médecine naturelle et homéopathique « accessible, abordable et alternative », soulignant que « même les peuples les plus pauvres peuvent y avoir accès ».

JPEG - 6.5 ko
Le site de Homéopathes sans frontières affirme que l’homéopathie est efficace et représente une possibilité d’accès aux soins en Afrique
« Parce que les médicaments homéopathiques coûtent 5 à 20 fois moins cher que les médicaments classiques… Parce que l’efficacité de l’homéopathie est prouvée dans des pathologies précises : par exemple les diarrhées infectieuses chez l’enfant qui tuent encore trop souvent dans les pays du sud. »

Le côté financier est bien entendu une des difficultés majeures pour la mise à disposition de soins adaptés dans les pays du continent africain, dont les populations sont frappées par des pathologies graves3 pour lesquelles il existe souvent des traitements, des vaccins. Mais ces traitements ont un coût élevé et nécessitent souvent une infrastructure pour être mis en œuvre, infrastructure largement absente. Pour autant, la solution serait-elle de proposer des traitements non validés, des poudres de perlimpinpin, au prétexte qu’ils sont moins chers et plus faciles à mettre en œuvre ? C’est bien ce que nous proposent Abha Light et Homéopathes sans frontières. Les habitants des pays africains, des pays pauvres en général, n’auraient-ils pas droit aux mêmes traitements éprouvés que le reste de l’humanité ?

Abha Light Foundation : homéopathie contre sida

Si dans les pays économiquement développés, les homéopathes se gardent bien d’affirmer l’efficacité de leurs pratiques pour des pathologies lourdes (ils revendiquent plutôt une « complémentarité » de soins), la retenue ne semble plus de mise quand il s’agit de conquérir de nouveaux continents. Abha Light proclame ainsi l’efficacité des médecines naturelles, homéopathie en tête (alliée avec la naturopathie, la réflexologie, le traitement par les plantes, etc.) pour les pathologies graves et les épidémies, sida et malaria en tête (voir encadré) : « ce qui est relativement peu connu, c’est que dans quelques pays, la médecine naturelle est pratiquée avec succès pour contrôler le sida avec pour résultat, une forte augmentation de l’espérance de vie, et l’assurance d’une vie relativement normale ». Des témoignages sont mis en avant, tel celui de WM, un homme de 27 ans, dans une phase avancée de sida, « présentant tous les symptômes “habituels” de la maladie : toux, crises de diarrhées, perte d’appétit, perte de poids, éruptions cutanées ». Alors qu’une trithérapie lui est proposée, pour laquelle Abha Light affirme le peu d’enthousiasme de WM « au vu du grand nombre d’effets secondaires », la Fondation oriente le malade vers un traitement homéopathique associé à une alimentation suivant les règles de la « naturopathie ». Résultats miraculeux, affirme la Fondation : « en moins de 10 jours, la plupart des symptômes ont disparu, et 6 semaines plus tard, WM se sentait en forme et plein d’énergie, [et 6 mois plus tard], WM a repris du poids, sa peau est redevenue normale, sa toux a disparu, son taux de CD4 redevenu normal ».

Selon Abha Light Foundation
292_32-36_3
7 bonnes raisons d’utiliser la médecine naturelle
1. Efficace pour les pathologies graves, chroniques, les traumatismes, les maladies épidémiques ou endémiques.
2. Sûre et sans effet secondaire, elle peut être utilisée à tout niveau, y compris en automédication.
3. Même les peuples les plus pauvres peuvent avoir accès à la médecine naturelle.
4. Elle peut être mise en place avec peu d’infrastructure.
5. La médecine naturelle peut bénéficier des équipements diagnostic coûteux, mais n’en est pas dépendante.
6. Quand la médecine naturelle est mise en place, elle ne fait que se développer par elle-même.
7. Un simple kit d’aide est une « lifeline » pour les régions isolées, à deux jours de marche d’un dispensaire ou d’un médecin.
Source : www.abhalight.org/why.html, Traduction SPS.

D’autres exemples sont donnés, montrant comment des malades du sida sont détournés de soins efficaces, alors justement que des efforts sont faits pour rendre accessibles des traitements qui ont fait leurs preuves. Des négociations, parfois musclées à propos des brevets, sont menées avec les grandes entreprises du médicament, pour rendre les trithérapies accessibles aux populations les plus démunies.

L’OMS constatait les progrès réalisés4 : « dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, 42 % des 9,5 millions de personnes qui avaient besoin d’un traitement y avaient effectivement accès en 2008, contre 33 % en 2007 », soulignant que « c’est en Afrique subsaharienne, où surviennent les deux tiers des infections à VIH, que l’on a constaté les plus grands progrès ».

Comment alors qualifier l’activité d’Abha Light qui, dans ce contexte, détourne des patients de traitements efficaces et validés ? Pour le moins, révoltante !

Un prosélytisme actif

Aux yeux de ses promoteurs, l’homéopathie pourrait être la solution à tous les maux de l’Afrique. La malaria (paludisme), cette maladie propagée par les piqûres de moustique, est un des pires fléaux qui ravagent le continent. Abha Light affirme l’efficacité de ses traitements, et de son produit MalariX5. Stephen John Smith, membre du bureau de la fondation, coordonne et supervise l’activité de plusieurs cliniques de l’association dans l’est du Kenya. Dans un récent article, il présente les traitements mis en oeuvre dans les établissements de la fondation, et décrit comment, chaque mois, plus de 500 patients, souvent atteints de maladies graves (malaria, typhoïde, brucellose, etc.) sont traités par homéopathie6. Refusant tout protocole d’évaluation, la directrice de l’association, Didi Ananda Ruchira, se justifie7 en déplorant le manque de moyens à disposition. Pour elle, la simple « observation de cas » suffit, et « n’est pas moins scientifique ». À propos de l’opposition à la reconnaissance des traitements homéopathiques dans les « pays capitalistes », Ananda Ruchira l’explique par le défi que cette pratique représente face « à la domination des compagnies pharmaceutiques sur la santé de milliards d’individus ». Un discours radical qui masque difficilement la réalité du peu de considération porté de fait aux populations des pays d’Afrique et aux maux qui les frappent. Homéopathes sans frontières est plus prudente dans ses formulations. Catherine Gaucher, présidente fondatrice de l’association, précise que s’il est vrai que l’homéopathie « ne peut pas remplacer la chirurgie, les antibiotiques ou les antiparasitaires »8, il serait toutefois « inconsidéré de lui enlever la place qu’elle peut occuper dans la santé publique » dans l’aide au développement des pays pauvres. Ainsi, les infrastructures que l’association met en place, les formations qu’elle organise, visent clairement à établir la pratique homéopathique pour l’ensemble de pathologies rencontrées. Pour les diarrhées infectieuses chez l’enfant, le site d’HSF affirme même explicitement que « l’efficacité de l’homéopathie est prouvée ». Tout comme Abha Light Foundation, Homéopathes sans frontières s’active à mettre en place des dispensaires homéopathiques, à sceller des « accords de coopération » afin de promouvoir l’homéopathie et former des « praticiens » qui iront sur le terrain, armés de dilutions infinitésimales, face aux épidémies qui ravagent plusieurs régions du continent.

Pour l’OMS, l’homéopathie n’a pas sa place

Répondant à une lettre de jeunes médecins britanniques (coordonnés par l’association Sense about science)9 s’inquiétant du développement de l’homéopathie dans les pays pauvres, développement qui met des vies en danger, l’OMS a rappelé que cette pratique « n’avait aucune place » dans la prise en charge des patients atteints de maladies graves telles que le sida, la tuberculose, la malaria, les grippes, ou encore les diarrhées chez les enfants. S’adressant aux pouvoirs publics au Royaume-Uni, les mêmes médecins demandent que cet avis soit communiqué largement aux agences de santé publique et que des efforts soient entrepris pour empêcher la promotion de thérapies inefficaces pour des maladies graves.

292_32-36_4

On peut effectivement s’étonner du manque de réactions des autorités dans tous les pays d’où sont originaires les ONG coupables, face aux agissements d’associations qui prétendent lutter contre le paludisme, le sida ou les diarrhées des enfants avec des dilutions homéopathiques. On peut également souligner l’irresponsabilité des diverses associations homéopathiques qui, d’un côté, proclament haut et fort, en France, au Royaume-Uni et ailleurs, qu’elles sont « responsables », qu’elles ne s’opposent pas aux traitements éprouvés dans le cas de maladies graves, mais qui ferment les yeux, voire soutiennent explicitement les agissements inverses en Afrique et dans les pays pauvres. Le responsable du site « Quackometer » en a fait l’expérience10. Dénonçant régulièrement les agissements d’Abha Light, le site s’est adressé aux associations homéopathiques du Royaume- Uni leur demandant de condamner les pratiques de la Fondation. En retour, il explique n’avoir eu que des avocats le menaçant de diffamation et exigeant de lui qu’il retire toutes ses critiques de son site.

Une farce qui doit cesser

Le prosélytisme homéopathique en Afrique se fait sous couvert d’installations de dispensaires, de formations de personnels soignants, de mise en place d’infrastructures pour l’assainissement des eaux et l’hygiène, autant d’activités nécessaires. Certaines associations locales, parfois certains services ministériels, sont trompés, ou acceptent de l’être, pour recueillir des aides qu’ils jugent utiles. Ils participent ainsi à la progression de « remèdes miracles », dangereux car inefficaces. Les activités de ces missionnaires des temps modernes doivent être arrêtées. Les populations des pays pauvres ont droit à une médecine éprouvée, efficace.

1 Les propos en italiques émanant de la fondation Abha Light sont extraites de son site et traduites par nos soins.

2 Les propos en italiques émanant de la fondation Homéopathes sans frontières sont extraites de son site.

3 Par exemple, selon l’OMS, au Kenya, en 2002, le Sida avait tué près de 150.000 personnes, les infections respiratoires près de 40.000, les diarrhées, la tuberculose, la malaria en emportant chacune entre 10.000 et 25.000 personnes. L’espérance de vie à la naissance y est de 50 ans.

4 http://www.who.int/hiv/pub/2009prog....

5 Dénoncé sur le site de DC’s improbable science, les pages décrivant ce produit sont actuellement (30 août 2010) retirées du site de Abha Light (mais visibles sur dcscience.net).

6 http://hpathy.com/homeopathy-clinic....

7 http://homeopathyplus.com.au/the-us....

8 Traité d’homéopathie, Catherine Gaucher et Jean-Marie Chabanne, Masson 2003, page 689.

9 Voir http://www.senseaboutscience.org.uk....

10 http://www.quackometer.net/blog/201....

Mis en ligne le 4 mars 2011
7966 visites

Explorer par thème


Valid HTML 4.01 Transitional CSS Valide !