Dix questions sur l’agriculture biologique

par Louis-Marie Houdebine - SPS n° 290, avril 2010

L’agriculture biologique est en expansion et elle est sujette à un soutien militant en même temps qu’à un scepticisme ironique. Les contours de cette pratique agricole et alimentaire sont flous car stricts mais fluctuants selon les régions. Les réponses aux questions qu’elle pose visent à clarifier la situation.

1. L’agriculture biologique est-elle une innovation ?

La révolution verte qui repose en partie sur l’utilisation d’engrais chimiques et de pesticides divers a permis depuis un demi siècle, à des centaines de millions de personnes, de disposer de plus de nourriture. La France elle-même est ainsi passée du statut d’importatrice de nourriture à celui d’exportatrice. Selon un schéma classique qui voulait que toute innovation technique soit un progrès pour l’humanité, les hommes se sont contentés de leur nouveau succès jusqu’à constater progressivement que ces procédés appliqués sans finesse comportaient divers effets secondaires environnementaux indésirables. La nécessité de repenser les pratiques de la révolution verte a été perçue par les instances responsables, et des mesures sont, depuis, en cours pour tenter de trouver un compromis entre les avantages de la révolution verte et les exigences de préserver l’environnement au sens le plus large. L’approche biologique propose, pour simplifier, de revenir au statu quo ante, ce qui ne peut être considéré, au sens strict, comme une innovation, mais au pire comme une régression.

2. Les produits biologiques sont-ils plus sains pour les consommateurs ?

De multiples rapports, dont un publié par l’AFSSA1 en 2003 à la suite d’un congrès international sur le sujet, et un autre par les instances britanniques2 en 2009, montrent que la composition chimique et biochimique des produits biologiques ne diffèrent que très légèrement de leurs homologues conventionnels. Rien n’indique, selon ces critères, que la consommation des produits biologiques est un gage de meilleure santé pour les consommateurs.

Un nombre significatif d’intoxications, parfois mortelles, dues à la consommation de produits biologiques a été relevé dans le passé. Elles étaient dues à des contaminations par des salmonelles, des bactéries et des champignons divers. Ces accidents deviennent plus rares avec les contrôles qui éliminent les lots de nourriture dangereuse.

Un point particulier est celui des mycotoxines cancérigènes. Ces toxines s’accumulent dans les plantes à la faveur du développement de champignons microscopiques. Il a ainsi été observé que le maïs biologique contient nettement plus souvent de fumonisine que le maïs conventionnel qui lui-même en contient plus que le maïs Bt génétiquement modifié pour résister à certains insectes nuisibles3. Il est établi qu’une plante non protégée est attaquée par les insectes qui perforent les parois des feuilles et des tiges, ce qui permet à des champignons de s’implanter et de sécréter des toxines qui sont transmises à l’homme directement, ou via les produits animaux.

3. Les produits biologiques contiennent-ils moins de pesticides ?

Ceci est logiquement une réalité, en tout cas en ce qui concerne les pesticides chimiques non autorisés en agriculture biologique. La question est de savoir quel est l’effet sur la santé humaine. Les Grecs anciens avaient déjà énoncé l’idée que tout, y compris ce qui est avéré comme bénéfique pour nous, est toxique si on dépasse une certaine dose. À l’inverse, des doses très faibles de substances toxiques n’ont pas d’effets néfastes sur l’organisme qui a des mécanismes puissants de détoxification. Nous mangeons quotidiennement de telles substances, ne serait-ce qu’en mangeant des pommes de terre qui contiennent de faibles quantités de toxines mortelles, les solanines.

Dans son rapport annuel4 publié le 9 juillet 2009, l’AESA (Agence Européenne de Sécurité des Aliments) indique que les limites autorisées de produits phytosanitaires sont dépassées dans 4 % des échantillons de fruits, légumes et céréales testés. Ceci ne signifie pas que les risques sont élevés, car la marge de sécurité est plantureuse. La situation n’est donc pas catastrophique dans l’UE, mais surtout elle s’améliore.

290_18-27_1Un rapport commun5 de l’Académie d’agriculture et de l’Académie de médecine conclut que les risques liés aux pesticides pour la santé sont globalement surestimés et que leurs avantages sont sous-estimés (les pesticides permettent en effet des productions de nourriture nettement plus élevées contenant souvent moins de toxines diverses). La quantité de pesticides utilisés en France est passée de 120 500 tonnes par an à 71 600 entre 1999 et 2006, ce qui ne peut être attribué à l’agriculture biologique. Le nombre de substances pesticides utilisées dans l’UE était il y a quelques années de 984 dont 611 ont été interdites avec pour objectif de n’en conserver que 250 en 2010. Parmi les 53 substances préoccupantes, 30 devaient être éliminées en 2008. Dans les pays de l’UE, un pesticide n’est accepté que s’il est dégradé à un taux de 90 % au moins en un an. Le programme REACH de l’UE ne peut que contribuer à la diminution de ces risques. Le gouvernement français s’est par ailleurs donné comme objectif de réduire de 50 % l’utilisation des pesticides avant 2018.

Certaines substances chimiques acceptées en agriculture biologique comme le sulfate de cuivre (le composé de la bouillie bordelaise) et le soufre sont loin d’être inoffensives. Les pesticides naturels présents dans certaines plantes comme les pyrèthres et la roténone ne sont pas forcément moins toxiques que les substances obtenues par synthèse chimique, qui sont par ailleurs plus strictement surveillées. La roténone a été interdite sur la base de travaux démontrant son effet neurodégénératif (susceptible de déclencher la maladie de Parkinson notamment). Le choix des pesticides en agriculture doit donc reposer sur des évaluations objectives de leurs avantages et leurs inconvénients et non sur leur origine.

Une question qui n’a pas reçu de réponse est celle de savoir s’il est possible de se procurer des quantités massives de pesticides naturels sans devoir y consacrer des surfaces arables importantes au détriment des cultures vivrières.

Les agriculteurs sont parfois exposés à des concentrations dangereuses de pesticides. Certains d’entre eux, non prévenus des risques, ont payé le prix de cette négligence. Dans leur rapport, les académiciens, comme diverses commissions de biosécurité, recommandent vivement aux agriculteurs de se protéger, comme cela est le cas pour bon nombre d’autres activités humaines.

4. Les produits biologiques sont-ils moins à l’origine de cancers ?

Un rapport commun de l’Académie des sciences, de l’Académie de médecine et du Centre international de recherche sur le cancer de Lyon6 publié en 2007 révèle que la pollution de l’environnement dans sa globalité, naturelle et produite par les activités humaines, est responsable tout au plus de 0,1 % des cancers. Le fait que certains cancers sont en recrudescence ne signifie nullement, contrairement à ce que certains clament comme si c’était une évidence, qu’ils sont dus à l’agriculture conventionnelle. Une corrélation entre deux événements ne démontre pas que l’un est la cause de l’autre. La corrélation entre la présence d’un briquet dans la poche et la fréquence des cancers du poumon est excellente et il serait pourtant hasardeux d’en conclure que les briquets sont cancérigènes. C’est évidemment un autre facteur, le tabac, qui est en cause.

Le fait que la vie humaine s’allonge de trois mois par an dans les pays développés signifie que notre mode de vie est loin d’être une catastrophe, et c’est pour cela qu’il est envié par ceux qui ne peuvent en bénéficier. Le plaisir évident que prend la majorité des gens à manger notre bonne cuisine ramène le mythe de la malbouffe à sa juste valeur.

Il est important de prendre en compte le fait que le nombre de cancers de l’estomac a beaucoup diminué depuis 50 ans. Il est probable que cela soit dû à l’abaissement très notable des mycotoxines dans notre alimentation. Le retour vers les pratiques d’autrefois et vers la vente libre de produits artisanaux non contrôlés pourrait réserver quelques très mauvaises surprises dans les années à venir.

5. Les produits biologiques ont-ils un meilleur goût ?

Des tests7 réalisés en double aveugle ont révélé que ce n’était très majoritairement pas le cas. Ceci a été clairement montré en particulier pour les œufs. Il ne fait pas de doute que le jaune d’œuf n’a pas la même couleur ni le même goût selon les conditions d’élevage des volailles. Les lipides qu’ingèrent les poules se retrouvent en partie dans le jaune d’œuf et ils en modifient le goût. De tels œufs sont produits dans des élevages traditionnels et non particulièrement biologiques. Il est tout à fait concevable que, dans le futur, les élevages industriels de poules utiliseront des aliments plus sophistiqués contenant les lipides en question.

Certains produits artisanaux proposent des produits obtenus à partir de variétés de plantes ou de races animales délaissées en raison de leur trop faible rendement ou leur excessive sensibilité à des ravageurs. Ces produits rares sont parfois particulièrement sapides qu’ils soient ou non cultivés selon le mode bio.

6. Les fertilisants organiques sont-ils préférables ?

Tous les agronomes paraissent d’accord sur le fait que les plantes absorbent de la même manière les éléments minéraux des engrais chimiques et organiques, seules la biodisponibilité et la vitesse de solubilisation pouvant varier.

Les engrais sont une source bien identifiée de pollution. Dans les régions d’élevage très intensif, comme la Bretagne et la Hollande, les engrais sont non seulement d’origine chimique, mais ils proviennent également des rejets animaux et humains. L’origine des engrais en question importe peu en comparaison de la quantité répandue dans les champs. Il est notoire que le lisier de porc et le fumier de vache ainsi que de volailles sont responsables d’une part essentielle de la pollution par les phosphates et les nitrates. Il est important de noter à cet égard que les résultats d’études approfondies concluent que les nitrates ne sont pas aussi néfastes pour la santé humaine que ce que l’on pensait8.

Une question qui ne peut être éludée est celle de savoir s’il est possible de produire massivement des engrais organiques sans mobiliser des surfaces de terre qui ne sont en réalité pas disponibles. La culture sans labour qui implique que les champs doivent toujours être couverts de végétaux vivants ou morts qui fertilisent les sols est, elle, une véritable innovation.

7. L’agriculture biologique a-t-elle des rendements suffisants ?

Il est bien connu que l’agriculture biologique est moins productive (de 30 % à 50 %) que l’agriculture traditionnelle. Les conséquences de ce choix ne sont pas souvent évoquées de manière critique. Les résultats d’une étude approfondie menée aux USA et concernant la production de lait ont été publiés en 20089. Trois situations ont été comparées : (1) l’élevage dans les conditions conventionnelles ; (2) l’élevage avec l’administration de bST (bovine somatotropine) connue pour augmenter la production laitière de 15 % ; (3) l’élevage selon les règles de l’agriculture biologique. Pour une production de lait donnée, par comparaison avec l’élevage traditionnel, la bST permet de diminuer le nombre de vaches de 8 % et la surface de terre de 5 %, alors que dans les conditions biologiques ce nombre augmente de 25 % et la surface de terre de 30 %. L’azote et le phosphore polluants produits sont diminués de 6 % et 5 % avec la bST et augmentés de 34 % et 15 % respectivement dans les conditions biologiques. De la même manière, l’effet de serre et l’eutrophisation des eaux sont diminués de 6 % et 5 % avec la bST et augmentés de 13 % et 28 % dans les conditions biologiques.

290_18-27_2Nombre d’agronomes ne voient pas dans l’agriculture biologique une solution acceptable pour assurer une production suffisante de nourriture au niveau mondial, et surtout pas en Afrique. Cette affirmation a été exprimée de manière claire entre autres au congrès de l’OCDE qui s’est tenu à Prague en 200910. Certains annoncent même que l’extension et la généralisation des pratiques biologiques à l’ensemble des continents obligeraient à utiliser toutes les terres arables, ce qui constituerait le plus grand saccage que l’homme infligerait à notre planète11. Une option qu’il serait imprudent de négliger consiste à mettre au point des méthodes de culture à haut rendement compatibles avec la qualité des produits et le respect de l’environnement. Ceci permettrait de laisser un maximum de terres à l’état non cultivé.

Certains agronomes ont d’autres craintes encore. Le combat affaibli contre divers ravageurs qui caractérise l’agriculture biologique pourrait se traduire à moyen terme par des infestations massives qui imposeraient des pertes de rendement considérables et des traitements phytosanitaires drastiques. Les champs cultivés selon les méthodes conventionnelles protègent actuellement les champs des agriculteurs biologiques, de même qu’en se faisant vacciner on participe à la protection de nos semblables.

8. L’agriculture biologique est-elle naturelle ?

L’engouement pour le naturel va et vient au cours des âges. Il y a cinquante ans, le naturel était à bannir au profit du synthétique tellement plus propre et plus nouveau. Le cycle fait son chemin et on ne jure plus que par le naturel et le traditionnel avec aussi peu de logique qu’il y a un demi-siècle. Les citadins de notre temps oublient trop certaines réalités. Le naturel pour l’espèce humaine est de mourir en moyenne à 35 ans. Dans les siècles passés, toute maîtrise supplémentaire de la nature était considérée comme un progrès tant celle-ci était perçue comme cruelle, ce qu’elle est toujours. Ainsi célèbre-t-on l’avènement de l’âge de pierre, l’âge du fer et, paradoxalement, on nie de plus en plus les vrais progrès de notre temps, y compris dans le domaine agricole.

Les difficultés du bio

Même les meilleurs professionnels ne sont pas à l’abri de la pression parasitaire ou des maladies. En effet, comme c’est le cas pour l’agriculture conventionnelle, l’éventail des produits phytosanitaires bio se rétrécit au fur et à mesure que la législation se renforce. Après le retrait de la roténone et les limitations d’usage du cuivre, le Conseil agriculture et pêche de l’Union européenne propose maintenant la non-inclusion des huiles de paraffine dans l’annexe 1 de la directive 91/414/ CEE. Or, peu de solutions alternatives existent. Certaines expériences, notamment en lutte biologique, s’avèrent même très problématiques, comme en témoigne le cas de la coccinelle asiatique Harmonia axyridis, introduite en France par l’Inra en 1982. Très efficace contre les cochenilles et les pucerons, cette coccinelle s’attaque aussi à d’autres insectes et aux coccinelles autochtones, pouvant perturber l’écosystème. D’auxiliaire biologique, Harmonia axyridis est donc devenue une espèce d’autant plus envahissante qu’elle occasionne également des dégâts sur les fruits, en particulier sur les vignes. Attirée par les fruits mûrs, elle peut être présente dans les grappes de raisin au moment des vendanges. Ce qui n’est pas sans poser problème, car écrasée avec le raisin, elle contamine le jus par son odeur nauséabonde, ce qui dénature le vin. Outre-Atlantique, la presse viticole a fait état de plusieurs cas où des récoltes complètes de vignes ont dû être détruites. En France, Biotop commercialise une forme non volante d’Harmonia axyridis, Coccibelle. Bernard Raynaud, responsable de la société, affirme que « la souche [commercialisée par Biotop] n’a aucun potentiel d’envahissement ». Il avance même une autre hypothèse concernant son introduction en Europe : « La dynamique de développement d’Harmonia axyridis prêche à notre avis pour une importation fortuite via les ports du nord de l’Europe ». Bref, pour Biotop, « l’histoire des coccineles contre les pucerons, et en particulier celle de Coccibele, reste une histoire merveilleuse, très intéressante et instructive, tant pour les scientifiques que pour le grand public ». Or, comme le rappelle la Société alsacienne d’entomologie (SAE), « lutter contre une espèce exotique lorsqu’elle est invasive est quasiment impossible », contrairement à ce qui se passe avec les pesticides, qui peuvent toujours être retirés du marché.

Gil Rivière-Wekstein

Extrait du site Agriculture-environnement.fr.

L’agriculture biologique se pare de toutes les vertus supposées du naturel jusqu’à faire perdre parfois le plus élémentaire bon sens. Un responsable politique en visite dans une région rurale et invité à un buffet campagnard, au demeurant parfaitement appétissant, s’est vu offrir des rillettes biologiques avec la recommandation d’en consommer autant qu’il voulait sans le moindre risque pour sa santé puisqu’elles étaient naturelles12 !

290_18-27_3L’agriculture est par essence non naturelle, à moins que l’on considère que l’homme est un des fruits de l’évolution qui a acquis la capacité de maitriser et d’exploiter son environnement à son profit. Le fait de modifier légèrement certaines pratiques de culture ne change pas grand-chose à l’affaire.

9. L’agriculture biologique est-elle une nouvelle religion ?

L’agriculture biologique ne s’attache pas strictement à ses résultats tant qualitatifs que quantitatifs. Elle doit seulement respecter des règles dont certaines, comme l’autorisation d’utiliser de la bouillie bordelaise, paraissent bien arbitraires, tout comme les pratiques de l’agriculture biodynamique popularisées par Rudolf Steiner. Ces pratiques s’apparentent donc à des rites. Le biologique est considéré comme le bien suprême, le mal étant tout le reste, et il faut bien un diable encore plus détestable que les autres. Ce diable a été désigné : les OGM, ses producteurs, ses consommateurs, et plus généralement tout ceux qui ne les détestent pas. Les bons sujets et les bons ouvrages, comme les mauvais, sont clairement désignés pour rassurer et tranquilliser les fidèles.

Il est de plus en plus patent que les produits biologiques ne sont pas significativement plus sains que les autres. Ne pas faire pire est déjà un objectif non dépourvu d’ambition. Qu’à cela ne tienne. Les acheteurs de ces produits, déboussolés, s’entendent ainsi dire maintenant que l’agriculture biologique n’est pas faite pour augmenter la qualité des produits mais pour protéger l’environnement ! Tout cela relève décidément plus d’incantations que de démonstrations.

L’agriculture biologique est devenue un business comme les autres, avec ses lobbies et ses profiteurs de toutes obédiences.

10. Quel est l’avenir de l’agriculture biologique ?

Le commerce des produits biologiques se porte assez bien, mais il s’accompagne d’un enthousiasme instable. Nombre de consommateurs font l’essai puis calent devant le prix à payer et le manque d’évidence des bons effets annoncés. Certains consommateurs font de l’achat de produits biologiques un acte citoyen dont ils n’attendent rien à titre personnel. Cette attitude est respectable, mais l’approche biologique est-elle autre chose qu’une fausse piste ?

Il est bien évident que certaines pratiques agricoles conventionnelles doivent être abandonnées, et elles le sont progressivement. Un pur et simple retour en arrière ne paraît pas être beaucoup plus qu’une mode bonne pour les riches. Un réexamen des méthodes d’agriculture est nécessaire. Il est en cours depuis pas mal d’années déjà, indépendamment de l’approche biologique. Ses effets réels et profonds ne viendront que relativement lentement car ils n’émergeront qu’à la suite d’études basées sur la rigueur scientifique et non sur des dogmes. Ce mouvement est en marche et il s’appelle l’agriculture raisonnée13, mais aussi l’agriculture intégrée ou à haute performance environnementale qui ont en commun d’être par définition authentiquement durables.

1 « Évaluation nutritionnelle et sanitaire des aliments issus de l’agriculture biologique », Afssa, 2003.

2 Dangour et al Am J Clin Nutr 2009, 90 : 680-68

3 « OGM et alimentation : peut-on identifier et évaluer des bénéfices pour la santé ? » Rapport de l’Afssa 2004.

4 « Annual Report on Pesticide Residues ». EFSA Scientific Report (2009) 305, 1-106

5 « Pesticides, OGM, agriculture biologique et santé ». Rapport de l’Académie d’agriculture et de l’Académie de médecine. 2008

6 « Les causes du cancer en France ». Septembre 2007. Rapport de l’Académie des sciences, de l’Académie de médecine et du Centre international de recherche sur le cancer de Lyon

7 Journée d’Échanges sur l’Agriculture Biologique, AFSSA, Paris, 18 octobre 2002

8 Les nitrates et l’homme : Toxiques, inoffensifs ou bénéfiques ? Jean L’Hirondel et Jean-Louis L’Hirondel. Éditions Institut scientifique et technique de l’environnement. Collection droit de réponse. 2004.
Hord SG, Tang Y, Bryan NS (2009). « Food sources of nitrates and nitrites : the physiological context for potential health benefits ». Am J Clin Nutr, 90, 1-10

9 10 « The environmental impact of recombinant bovine somatotropin (rbST) use in dairy production » ; Capper et al. Proc Natl Acad Sci USA 2008, 105 : 9668-9673.

10 Co-operative Research Programme : Biological Resource Management for Sustainable Agriculture Systems. Challenge for Agriculture Research. Prague 6-8 avril 2009

11 N Borlaug, The Wall Street Journal, 30 juillet 2009 et Borlaug, N.E., 2000. « Ending world Hunger. The promice of Biotechnology and the Threat of Antiscience Zealotry ». Plant Physiology, 124:487-490

12 Témoignage radiophonique.

13 Référentiel de l’agriculture raisonnée Arrêté du 30 avril 2002 et publié au Journal Officiel du 4 mai 2002, et d’arrêtés modificatifs en date du 20 avril 2005 (publié au Journal officiel du 28 mai 2005) et du 5 février 2007 (publié au Journal officiel du 14 février 2007).

Mis en ligne le 10 juin 2010
23699 visites

Explorer par thème


Valid HTML 4.01 Transitional CSS Valide !