Les chiens peuvent-ils être suicidaires ?

par Brigitte Axelrad - SPS n° 288, octobre 2009

En Écosse occidentale, près de Dumbarton, le Pont Overtoun est entré dans la légende. En effet, depuis les années 1950, il est le théâtre d’au moins cinquante morts inexpliquées de chiens, qui se sont jetés dans le vide depuis le pont jusqu’à la cascade de la propriété d’Overtoun. Tous les chiens ont sauté du même côté du pont et surtout par temps clair, chose rare dans cette région humide de l’Écosse. La majorité des chiens sont morts sur le coup, alors que d’autres se relevant indemnes sont revenus au même endroit, pour sauter à nouveau.

Ce phénomène a conduit les habitants de cette contrée écossaise à penser que ce lieu était maléfique pour les chiens à long museau, tels que les labradors, les colleys et les golden retrievers. Certains ont demandé que le pont d’Overtoun soit détruit, d’autres se sont étonnés que ce pont soit toujours accessible aux chiens et à leurs maîtres…

L’émotion des propriétaires de chiens a donné ainsi naissance à la théorie du suicide des chiens, supposés particulièrement sensibles à l’atmosphère étrange du Manoir d’Overtoun.

Les hypothèses les plus variées ont été posées sur les causes de ce comportement, puis balayées les unes après les autres, laissant le mystère entier : la peur, mais on sait que les chiens savent se protéger du danger et qu’ils ont la notion de la hauteur, le vent du Loch Lomond, un fantôme de femme errant sur le pont, la télépathie entre le chien et son maître, l’odeur des visons qui pullulent dans cette région… On précise que la société protectrice des animaux écossaise est venue enquêter sur les lieux, ainsi que des experts en paranormal, mais l’« explication » par le suicide des chiens a toujours ressurgi.

Or, les chiens peuvent-ils, comme les hommes, être suicidaires ?

D’après le Petit Robert, le suicide est « l’action de causer volontairement sa propre mort (ou de le tenter), pour échapper à une situation psychologique intolérable, lorsque cet acte, dans l’esprit de la personne qui le commet, doit entraîner à coup sûr la mort ». Certes, on entend parler de chiens qui ne survivent pas à la mort de leur maître, mais peut-on dire qu’ils se laissent mourir « volontairement » ? Plutôt que tristes ou désespérés, ne sont-ils pas simplement privés de leurs repères habituels, en raison de la perte de celui qui a joué pour eux le rôle du « chef de meute » ? Leur instinct n’a pas prévu cette situation à laquelle ils ne parviennent pas à s’adapter.

Depuis soixante ans, cette légende a été transmise par le bouche à oreille puis relayée par les médias, The Times1 et Mailonline2, or le nombre de chiens disparus de cette façon ne dépasserait pas une cinquantaine, ce qui fait moins d’un chien par an. Elle se nourrit des mystères qui entourent ces régions étranges de l’Écosse et, telle la légende du monstre du Loch Ness, elle attire les touristes et donnent de l’importance à ceux qui la racontent.

Il eut été plus instructif, mais bien sûr moins lucratif, de vérifier l’authenticité de l’événement, avant de s’interroger sur les causes qui l’ont produit.

C’est ce que nous enseigne Fontenelle dans le petit conte philosophique « La dent d’or »3 : « Assurons-nous bien du fait, avant de nous inquiéter de la cause. Il est vrai que cette méthode est bien lente et pour la plupart des gens, qui courent naturellement à la cause, et passent par-dessus la vérité du fait ; mais enfin nous éviterons le ridicule d’avoir trouvé la cause de ce qui n’est point ».

1 Times Online.

2 Mailonline.

3 Fontenelle, « La dent d’or » extrait de l’Histoire des oracles (1687), Première dissertation, IV, et l’article « Préambule » de Jacques Poustis.

Mis en ligne le 10 novembre 2009
2815 visites

Explorer par thème


Valid HTML 4.01 Transitional CSS Valide !